Le trésor intérieur

Forum ésotérique et bien-être. Ici nous parlons voyance, bien-être, développement personnel
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Mais où êtes vous ??
Le premier et le dernier Miracle EmptyMer 2 Mar 2016 - 22:03 par Beth

» A LIRE : ROMAN INITIATIQUE SUR LA REINCARNATION
Le premier et le dernier Miracle EmptySam 27 Juin 2015 - 17:53 par Lectrice

» toc toc toc
Le premier et le dernier Miracle EmptyMar 26 Mai 2015 - 21:47 par wendelyn

» * Hello !! *
Le premier et le dernier Miracle EmptyJeu 6 Fév 2014 - 20:08 par paupiere

» Bonjour à tous
Le premier et le dernier Miracle EmptySam 2 Nov 2013 - 11:23 par moisab

» e-liquide Neovapo
Le premier et le dernier Miracle EmptyVen 24 Mai 2013 - 16:53 par RaphaT

» Notre avenir...
Le premier et le dernier Miracle EmptyMer 8 Mai 2013 - 8:16 par Invité

» Pierrot
Le premier et le dernier Miracle EmptySam 24 Nov 2012 - 10:52 par monsieurK

» Petit coup de coeur
Le premier et le dernier Miracle EmptyJeu 27 Sep 2012 - 12:34 par Daniel

Sujets les plus vus
Association d'idée
L'Oracle Bleu
Shakespeare Sonnet 116 - Qu'est-ce que l'amour ?
Un pilier du forum s'en est allé
homéopathie
Les nuits d'Alex.
un petit jeu !!!!
Pierrot
Image à la demande
cette nuit
Partenaires

Votez pour le forum1 clic = 1 vote. Merci.

-16%
Le deal à ne pas rater :
Télétravail : PC portable Lenovo V145-15
259.99 € 309.99 €
Voir le deal

 

 Le premier et le dernier Miracle

Aller en bas 
AuteurMessage
Mili
Svadhistana
Svadhistana
Mili

Féminin
Nombre de messages : 276
Localisation : Nord
Date d'inscription : 21/01/2009

Le premier et le dernier Miracle Empty
MessageSujet: Le premier et le dernier Miracle   Le premier et le dernier Miracle EmptyMar 3 Mar 2009 - 17:16

Lorsque j'ai retrouvé ce texte inspirant j'ai pensé bon de le mettre à la une, car il montre que ce que l'on peut croire impossible, est possible et aussi le mécanisme de la guérison.


Ce qui suit est extrait du livre « le premier et le dernier Miracle » d’Antoine Filisiadis.

Le narrateur est un journaliste qui accompagne une jeune femme, atteinte d’un mélanome généralisé, chez un guérisseur. Le journaliste est, à ce moment du livre, convaincu que le guérisseur est un charlatan.

J’aime beaucoup la façon dont le guérisseur, Horace Christophoros parle de ce qu’il fait.




Horace Christophoros se pencha sur la jeune femme et se mit à passer ses mains très lentement peu au-dessus de son corps, sans la toucher, en effectuant des arabesques, destinées - précisa-t-il - à « rééquilibrer les énergies ».

Cette pratique que j'assimilais à de la pure et simple escroquerie me mit mal à l'aise.

Je me fis violence pour ne pas intervenir. Cette femme allait mourir. Un mélanome malin généralisé est sans pardon. Toute la médecine le sait. Cette mascarade était indigne. Une soudaine animosité à l'encontre de ce charlatan m'agitait intérieurement. À quoi jouait-il? Je me levai, gagnai le bord extérieur de la terrasse et fixai la mer pour me calmer. Je commençai justement à le trouver plutôt sympathique, à croire que l'OMIP faisait un drame de pas grand-chose, mais là, en cet instant précis, il représentait la caricature de tout ce que j'abhorrais. J'allais déployer toute l'énergie dont j'étais capable pour dénoncer de telles pratiques et l'empêcher de nuire. Il était légitime que le public en soit averti.

La séance dura une demi-heure en passes mystérieuses pendant laquelle régna un silence liturgique que chacun se faisait un devoir de respecter scrupuleusement.

Les éléments contribuaient à la mise en scène; la violence des vagues se fracassant contre les récifs, le vent, la pluie, fournissaient une atmosphère à la fois électrisante et grotesque.

Je me demandai si Isabelle de Dieudonné avait subi le même sort un peu plus tôt dans la matinée. Décidément, il était bien de mon devoir de l'accompagner partout - sans la lâcher d'une semelle - pour la protéger contre elle-même.

Quand Jidah et sa tribu eurent quitté les lieux après avoir gratifié Horace Christophoros de mille vénérables courbettes, je ne pus me contenir très longtemps. J'étais son invité, je le sais, ce n'était guère courtois, mais nous étions seuls et je n'aurais peutêtre plus jamais l'occasion de lui balancer ses quatre vérités. Je le priai de s'asseoir et de m'écouter. Il me demanda quelques secondes, le temps de replier sa table de massage, ce qu'il fit avec une lenteur calculée. Puis, il disparut à l'étage et revint habillé de façon plus conventionnelle, chemise bariolée, short de plage et espadrilles.

Il s'assit en face de moi sur un tabouret puis me fixa longuement, comme s'il attendait paisiblement que j'entame ma diatribe.

-je crois que vous devinez ce que je pense de tout ceci, n'est-ce pas?

Il resta impassible sans me quitter des yeux.

- Cette jeune fille, Jidah, qui va mourir s'imagine que vos tours de passe-passe vont la guérir, c'est grave de lui laisser croire cela. Il est vrai que c'est tout aussi grave d'apprendre que l'on est condamné, mais à choisir, je préfère encore la vérité. La vérité est une question de principe, avec laquelle on ne transige pas. Cette femme est atteinte d'un mélanome généralisé, elle est perdue, et vous le savez aussi bien que moi. A quoi riment toutes vos gesticulations ?... Vous y croyez vraiment?

Il attendit que je me calme un peu avant de me répondre.

- Il semble précisément que vous y croyez plus que moi, commença-t-il calmement. Et tous vos pseudo-spécialistes ont l'air bien persuadés du « mal» que mes méthodes sont supposées causer à autrui. Cela confère du pouvoir à ce que vous appelez mes « gesticulations ». C'est vous qui leur donnez de la valeur. Pour être franc, moi, je n'ai aucune certitude en ce que j'entreprends. Je fais. C'est tout. Et s'il arrive que des gens guérissent, ils guérissent grâce à leur propre conviction. C'est une alchimie très subtile, complexe et très délicate. Vos laboratoires ne fabriquent-ils pas d'ailleurs à prix d'or de magnifiques médicaments ne contenant strictement aucune molécule pharmaceutique : vous connaissez la merveilleuse efficacité de l'effet placebo, n'est-ce pas ? Alors, illusions contre illusions...

Je hochai la tête et soulevai les épaules en manière d'impuissance. Il ne m'écoutait pas. Il avait ses arguments tout prêts, bien entraîné qu'il était à se défendre contre les attaques incessantes de la Faculté.

- Leur foi les a sauvés, en quelque sorte. Il me semble avoir déjà entendu cela quelque part.

-C'est pourtant ce qui se passe effectivement. Écoutez, monsieur LeBlanc, nous sommes tous les deux médecins, nous marchons en vérité sur la même route, même si cela ne vous apparaît pas clairement. Comprenez bien, je ne suis pas votre ennemi. Chaque jour, la vie m'apporte son lot de tragédies et de désespérances. Je tâche d'alléger à ma façon les malheurs des hommes, comme vous le faites à votre façon en ayant décidé de vulgariser les découvertes scientifiques. Les personnes qui viennent me voir viennent avec leurs bagages, c'est-à-dire leurs croyances, ou appelons-les leurs « illusions » si vous préférez. Je commence à faire un premier pas vers elles en entrant dans leurs illusions. Cette famille marocaine croit aux énergies subtiles et est très sensible à un certain décorum. Je m'habille en prince arabe. Pourquoi pas ? Que font les grands pontes de la médecine accoutrés avec leurs longues blouses blanches, suivis par leur cohorte de bénis-oui-oui prenant des notes ésotériques sur leurs calepins? De la magie aussi. Mais ils font partie intégrante de votre système de référence, de vos valeurs, de votre culture. Ne remettez-vous jamais en doute l'ensemble de ce fonctionnement ? Avec Isabelle de Dieudonné, je tente d'ouvrir une brèche dans son système de référence. Ce n'est pas chose aisée, comme vous, elle a ses principes, sa culture, sa morale. Vis-à-vis de la guérison, elle oscille en permanence entre un « c'est impossible » et un «je crois en la possibilité d'un miracle ». Elle se bat contre elle-même. Pourtant, il lui arrive l'espace de quelques instants d'oublier ce qu'elle a été, et de vouloir percer un mur vers l'inconnu. Mais son pire ennemi en ce moment n'est pas embusqué au plus profond d'elle-même, son pire ennemi, c'est vous! Votre façon de l'accompagner, même si vous semblez aller dans son sens, la freine dans son lâcher-prise. Au fond de vous-même, vous ne lui donnez aucune chance, vous l'avez déjà condamnée. Et vous ne pouvez éviter de le lui faire sentir.

J'accusai le coup sans broncher. Le vent redoublait de puissance. Des vagues incessantes frappaient le rivage avec une force inouïe en créant un brouillard liquide composé d'une infinité de minuscules particules d'eau en suspension dans l'atmosphère.

- En évoquant le chapitre de la croyance, on peut alors se permettre de croire en tout et en n'importe quoi, répliquai-je. C'est trop simple, comme doctrine. Et cela vous donne l'autorisation de faire ce que vous voulez.

- Vrai. Mais c'est vrai aussi dans « votre camp ». Car n'est-ce pas la façon dont ont toujours pratiqué les scientifiques? Qui peut prouver réellement ce qu'ils affirment? Les mathématiques et les équations ne sont-elles pas des jongleries intellectuelles ? Einstein lui-même a fini par le reconnaître vers la fin de sa vie. Il était convaincu de tout pouvoir comprendre, ordonner, calculer, démontrer du cosmos, il professait haut et fort que l'Univers était organisé. Jusqu'au jour où la science a basculé dans l'irrationnel. L'infiniment petit - la physique quantique - a dévoilé que rien n'était prévisible. La façon qu'a un quanta d'apparaître, de se mouvoir et de disparaître est aléatoire. Imprévisible ! La nouvelle physique est d'ordre aléatoire. Cela semble proprement incroyable, n'est-ce pas ? Les prix Nobel acceptent aujourd'hui l'idée que le monde s'accorde de façon hasardeuse! Et comment cette belle machine humaine se détraque-t-elle? Et comment guérit-elle? je vais vous le dire, moi, même si c'est difficile à admettre : le hasard ! Quelque chose d'infiniment petit de l'ordre d'une pensée - d'un photon - d'un quanta, file à gauche plutôt qu'à droite. Cela suffit. Pour guérir, c'est un mécanisme semblable. Mon rôle à moi est de donner l'impulsion à l'infiniment petit de filer dans tous les sens, d'explorer toutes les routes de façon à trouver celle qui convient à la guérison. L'impulsion, la force, le moteur qui fait mouvoir le quanta est le mental. C'est dans le noyau de la pensée que naît l'infiniment petit. Dans l'imagination, donc dans l'illusion. Les grands scientifiques vous énonceraient la même chose que moi, avec l'aide d'équations pour soutenir leurs thèses. Ce qui est plus étrange avec moi, c'est que c'est sans équations.

Il était fort, le bougre. Il se servait de la science à son avantage pour étayer ses propres arguments. Je connaissais parfaitement la méthode qu'il employait pour se justifier. Quoi que je dise, de toute façon, il aurait le dernier mot.

-Nous avons tous les deux raison dans la façon de défendre nos convictions, mais la différence, c'est que moi, je donne une chance au « possible » de se manifester. Pas vous.

http://messages.forumactif.com/textes-inspirants-f19/le-premier-et-le-dernier-miracle-t7122.htm

_________________
Le premier et le dernier Miracle 70610
Toutes les bénédictions de la Vie se déversent sur toi Invité
Le premier et le dernier Miracle 9_151610


Messages Reçus : http://messages.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
http://messages.forumactif.com
 
Le premier et le dernier Miracle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le trésor intérieur :: L'espace Zen :: La pensée positive de Mili :: Textes inspirants-
Sauter vers: