Le trésor intérieur

Forum ésotérique et bien-être. Ici nous parlons voyance, bien-être, développement personnel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Mais où êtes vous ??
Jeu 3 Mar - 0:03 par Beth

» A LIRE : ROMAN INITIATIQUE SUR LA REINCARNATION
Sam 27 Juin - 18:53 par Lectrice

» toc toc toc
Mar 26 Mai - 22:47 par wendelyn

» * Hello !! *
Jeu 6 Fév - 22:08 par paupiere

» Bonjour à tous
Sam 2 Nov - 13:23 par moisab

» e-liquide Neovapo
Ven 24 Mai - 17:53 par RaphaT

» Notre avenir...
Mer 8 Mai - 9:16 par Invité

» Pierrot
Sam 24 Nov - 12:52 par monsieurK

» Petit coup de coeur
Jeu 27 Sep - 13:34 par Daniel

Sujets les plus vus
homéopathie
Un pilier du forum s'en est allé
Association d'idée
Shakespeare Sonnet 116 - Qu'est-ce que l'amour ?
un petit jeu !!!!
L'Oracle Bleu
Les nuits d'Alex.
Pierrot
cette nuit
entraînement oracle gé
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Partenaires

Odyssée Voyance

Recettes de cuisine

Votez pour le forum 1 clic = 1 vote. Merci.

Classement de sites, inscrivez le vôtre !

Sponsors


Partagez | 
 

 un poeme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mmyriam
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4663
Age : 40
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 19/09/2009

MessageSujet: un poeme   Jeu 23 Sep - 1:35

qui me tourne dans la tête depuis plusieurs jours. Je l'ai appris au primaire. Enfin,j'ai appris les 3 premiers couplets au primaire et j'ai découvert ce soir le poème en entier en le cherchant sur le net pour le partager avec vous. Et non je ne l'ai pas cherché parce que je l'avais oublié, mais il me manquait le titre et le nom de l'auteur. Et je trouve ce poème encore plus beau maintenant que je l'ai lu et récité en entier



* Alphonse de LAMARTINE (1790-1869)


L'isolement

Souvent sur la montagne, à l'ombre du vieux chêne,
Au coucher du soleil, tristement je m'assieds ;
Je promène au hasard mes regards sur la plaine,
Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds.

Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes ;
Il serpente, et s'enfonce en un lointain obscur ;
Là le lac immobile étend ses eaux dormantes
Où l'étoile du soir se lève dans l'azur.

Au sommet de ces monts couronnés de bois sombres,
Le crépuscule encor jette un dernier rayon ;
Et le char vaporeux de la reine des ombres
Monte, et blanchit déjà les bords de l'horizon.

Cependant, s'élançant de la flèche gothique,
Un son religieux se répand dans les airs :
Le voyageur s'arrête, et la cloche rustique
Aux derniers bruits du jour mêle de saints concerts.

Mais à ces doux tableaux mon âme indifférente
N'éprouve devant eux ni charme ni transports ;
Je contemple la terre ainsi qu'une ombre errante
Le soleil des vivants n'échauffe plus les morts.

De colline en colline en vain portant ma vue,
Du sud à l'aquilon, de l'aurore au couchant,
Je parcours tous les points de l'immense étendue,
Et je dis : " Nulle part le bonheur ne m'attend. "

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !

Que le tour du soleil ou commence ou s'achève,
D'un oeil indifférent je le suis dans son cours ;
En un ciel sombre ou pur qu'il se couche ou se lève,
Qu'importe le soleil ? je n'attends rien des jours.

Quand je pourrais le suivre en sa vaste carrière,
Mes yeux verraient partout le vide et les déserts :
Je ne désire rien de tout ce qu'il éclaire;
Je ne demande rien à l'immense univers.

Mais peut-être au-delà des bornes de sa sphère,
Lieux où le vrai soleil éclaire d'autres cieux,
Si je pouvais laisser ma dépouille à la terre,
Ce que j'ai tant rêvé paraîtrait à mes yeux !

Là, je m'enivrerais à la source où j'aspire ;
Là, je retrouverais et l'espoir et l'amour,
Et ce bien idéal que toute âme désire,
Et qui n'a pas de nom au terrestre séjour !

Que ne puîs-je, porté sur le char de l'Aurore,
Vague objet de mes voeux, m'élancer jusqu'à toi !
Sur la terre d'exil pourquoi resté-je encore ?
Il n'est rien de commun entre la terre et moi.

Quand là feuille des bois tombe dans la prairie,
Le vent du soir s'élève et l'arrache aux vallons ;
Et moi, je suis semblable à la feuille flétrie :
Emportez-moi comme elle, orageux aquilons !

_________________
"La foi, c'est simplement croire en quelque chose qui peut vous transcender comme l'espoir ou l'amour. Il n'est jamais trop tard pour prendre conscience de ce qu'il y a dans votre vie" bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mélia
Anahata
Anahata
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4521
Localisation : sud de la France
Emploi/loisirs : lecture jardinage
Humeur : changeante comme le temps
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: un poeme   Jeu 23 Sep - 7:42

c'est tres beau Mymy.... je connaissais les premières strophes ...et la phrase "un seul être vous manque et tout est dépeuplé" qui traduit si bien notre fragilité....


Dernière édition par mélia le Ven 24 Sep - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mmyriam
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4663
Age : 40
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 19/09/2009

MessageSujet: Re: un poeme   Jeu 23 Sep - 8:53

Il a écrit ce poème suite à la mort de la femme qu'il aimait. Il a fait toutes une série à cet époque là sur ce tête. D'après la wikipédia c'est ces plus beau poème.

J'ai aussi le passage ou il parle du 'vrai soleil' auprès duquel il pourra trouver ce que l'âme cherche ça me fait penser qu'il était peut-être en avance sur son temps et qu'il avait conscience de certaine chose sur la religion.

J'en ai lu d'autre de lui du coup et certain m'ont interpeler. D'ailleurs maintenant je ne vois pas ce qui m'a étonné, mais celui sur Dieu ou il fustige le dieu crée par les hommes m'a pas laissé indifférente. Sauf la fin, j'ai pas compris s'il retombais dans le catholicisme ou pas.

* Alphonse de LAMARTINE (1790-1869)


Dieu

(A M. de la Mennais)

Oui, mon âme se plaît à secouer ses chaînes :
Déposant le fardeau des misères humaines,
Laissant errer mes sens dans ce monde des corps,
Au monde des esprits je monte sans efforts.
Là, foulant à mes pieds cet univers visible,
Je plane en liberté dans les champs du possible,
Mon âme est à l'étroit dans sa vaste prison :

Il me faut un séjour qui n'ait pas d'horizon.
Comme une goutte d'eau dans l'Océan versée,
L'infini dans son sein absorbe ma pensée ;
Là, reine de l'espace et de l'éternité,
Elle ose mesurer le temps, l'immensité,
Aborder le néant, parcourir l'existence,
Et concevoir de Dieu l'inconcevable essence.
Mais sitôt que je veux peindre ce que je sens,
Toute parole expire en efforts impuissants.
Mon âme croit parler, ma langue embarrassée
Frappe l'air de vingt sons, ombre de ma pensée.
Dieu fit pour les esprits deux langages divers :
En sons articulés l'un vole dans les airs ;
Ce langage borné s'apprend parmi les hommes,
Il suffit aux besoins de l'exil où nous sommes,
Et, suivant des mortels les destins inconstants
Change avec les climats ou passe avec les temps.
L'autre, éternel, sublime, universel, immense,
Est le langage inné de toute intelligence :
Ce n'est point un son mort dans les airs répandu,
C'est un verbe vivant dans le coeur entendu ;
On l'entend, on l'explique, on le parle avec l'âme ;
Ce langage senti touche, illumine, enflamme;
De ce que l'âme éprouve interprètes brûlants,
Il n'a que des soupirs, des ardeurs, des élans ;
C'est la langue du ciel que parle la prière,
Et que le tendre amour comprend seul sur la terre.
Aux pures régions où j'aime à m'envoler,
L'enthousiasme aussi vient me la révéler.
Lui seul est mon flambeau dans cette nuit profonde,
Et mieux que la raison il m'explique le monde.
Viens donc ! Il est mon guide, et je veux t'en servir.
A ses ailes de feu, viens, laisse-toi ravir !
Déjà l'ombre du monde à nos regards s'efface,
Nous échappons au temps, nous franchissons l'espace.
Et dans l'ordre éternel de la réalité,
Nous voilà face à face avec la vérité !
Cet astre universel, sans déclin, sans aurore,
C'est Dieu, c'est ce grand tout, qui soi-même s'adore !
Il est ; tout est en lui : l'immensité, les temps,
De son être infini sont les purs éléments ;
L'espace est son séjour, l'éternité son âge ;
Le jour est son regard, le monde est son image ;
Tout l'univers subsiste à l'ombre de sa main ;
L'être à flots éternels découlant de son sein,
Comme un fleuve nourri par cette source immense,
S'en échappe, et revient finir où tout commence.
Sans bornes comme lui ses ouvrages parfaits
Bénissent en naissant la main qui les a faits !
Il peuple l'infini chaque fois qu'il respire ;
Pour lui, vouloir c'est faire, exister c'est produire !
Tirant tout de soi seul, rapportant tout à soi,
Sa volonté suprême est sa suprême loi !
Mais cette volonté, sans ombre et sans faiblesse,
Est à la fois puissance, ordre, équité, sagesse.
Sur tout ce qui peut être il l'exerce à son gré ;
Le néant jusqu'à lui s'élève par degré :
Intelligence, amour, force, beauté, jeunesse,
Sans s'épuiser jamais, il peut donner sans cesse,
Et comblant le néant de ses dons précieux,
Des derniers rangs de l'être il peut tirer des dieux !
Mais ces dieux de sa main, ces fils de sa puissance,
Mesurent d'eux à lui l'éternelle distance,
Tendant par leur nature à l'être qui les fit;
Il est leur fin à tous, et lui seul se suffit !
Voilà, voilà le Dieu que tout esprit adore,
Qu'Abraham a servi, que rêvait Pythagore,
Que Socrate annonçait, qu'entrevoyait Platon ;
Ce Dieu que l'univers révèle à la raison,
Que la justice attend, que l'infortune espère,
Et que le Christ enfin vint montrer à la terre !
Ce n'est plus là ce Dieu par l'homme fabriqué,
Ce Dieu par l'imposture à l'erreur expliqué,
Ce Dieu défiguré par la main des faux prêtres,
Qu'adoraient en tremblant nos crédules ancêtres.
Il est seul, il est un, il est juste, il est bon ;
La terre voit son oeuvre, et le ciel sait son nom !
Heureux qui le connaît ! plus heureux qui l'adore !
Qui, tandis que le monde ou l'outrage ou l'ignore,
Seul, aux rayons pieux des lampes de la nuit,
S'élève au sanctuaire où la foi l'introduit
Et, consumé d'amour et de reconnaissance,
Brûle comme l'encens son âme en sa présence !
Mais pour monter à lui notre esprit abattu
Doit emprunter d'en haut sa force et sa vertu.
Il faut voler au ciel sur des ailes de flamme :
Le désir et l'amour sont les ailes de l'âme.
Ah ! que ne suis-je né dans l'âge où les humains,
Jeunes, à peine encore échappés de ses mains,
Près de Dieu par le temps, plus près par l'innocence,
Conversaient avec lui, marchaient en sa présence ?
Que n'ai-je vu le monde à son premier soleil ?
Que n'ai-je entendu l'homme à son premier réveil ?
Tout lui parlait de toi, tu lui parlais toi-même ;
L'univers respirait ta majesté suprême ;
La nature, sortant des mains du Créateur,
Etalait en tous sens le nom de son auteur;
Ce nom, caché depuis sous la rouille des âges,
En traits plus éclatants brillait sur tes Ouvrages ;
L'homme dans le passé ne remontait qu'à toi ;
Il invoquait son père, et tu disais : C'est moi.
Longtemps comme un enfant ta voix daigna l'instruire,
Et par la main longtemps tu voulus le conduire.
Que de fois dans ta gloire à lui tu t'es montré,
Aux vallons de Sennar, aux chênes de Membré,
Dans le buisson d'Horeb, ou sur l'auguste cime
Où Moïse aux Hébreux dictait sa loi sublime !
Ces enfants de Jacob, premiers-nés des humains,
Reçurent quarante ans la manne de tes mains
Tu frappais leur esprit par tes vivants oracles !
Tu parlais à leurs yeux par la voix des miracles !
Et lorsqu'ils t'oubliaient, tes anges descendus
Rappelaient ta mémoire à leurs coeurs éperdus !
Mais enfin, comme un fleuve éloigné de sa source,
Ce souvenir si pur s'altéra dans sa course !
De cet astre vieilli la sombre nuit des temps
Eclipsa par degrés les rayons éclatants ;
Tu cessas de parler; l'oubli, la main des âges,
Usèrent ce grand nom empreint dans tes ouvrages ;
Les siècles en passant firent pâlir la foi ;
L'homme plaça le doute entre le monde et toi.
Oui, ce monde, Seigneur, est vieilli pour ta gloire ;
Il a perdu ton nom, ta trace et ta mémoire
Et pour les retrouver il nous faut, dans son cours,
Remonter flots à flots le long fleuve des jours !
Nature ! firmament ! l'oeil en vain vous contemple ;
Hélas ! sans voir le Dieu, l'homme admire le temple,
Il voit, il suit en vain, dans les déserts des cieux,
De leurs mille soleils le cours mystérieux !
Il ne reconnaît plus la main qui les dirige !
Un prodige éternel cesse d'être un prodige !
Comme ils brillaient hier, ils brilleront demain !
Qui sait où commença leur glorieux chemin ?
Qui sait si ce flambeau, qui luit et qui féconde,
Une première fois s'est levé sur le monde ?
Nos pères n'ont point vu briller son premier tour
Et les jours éternels n'ont point de premier jour.
Sur le monde moral, en vain ta providence,
Dans ces grands changements révèle ta présence !
C'est en vain qu'en tes jeux l'empire des humains
Passe d'un sceptre à l'autre, errant de mains en mains ;
Nos yeux accoutumés à sa vicissitude
Se sont fait de ta gloire une froide habitude ;
Les siècles ont tant vu de ces grands coups du sort :
Le spectacle est usé, l'homme engourdi s'endort.
Réveille-nous, grand Dieu ! parle et change le monde ;
Fais entendre au néant ta parole féconde.
Il est temps ! lève-toi ! sors de ce long repos ;
Tire un autre univers de cet autre chaos.
A nos yeux assoupis il faut d'autres spectacles !
A nos esprits flottants il faut d'autres miracles !
Change l'ordre des cieux qui ne nous parle plus !
Lance un nouveau soleil à nos yeux éperdus !
Détruis ce vieux palais, indigne de ta gloire ;
Viens ! montre-toi toi-même et force-nous de croire !
Mais peut-être, avant l'heure où dans les cieux déserts
Le soleil cessera d'éclairer l'univers,
De ce soleil moral la lumière éclipsée
Cessera par degrés d'éclairer la pensée ;
Et le jour qui verra ce grand flambeau détruit
Plongera l'univers dans l'éternelle nuit.
Alors tu briseras ton inutile ouvrage :
Ses débris foudroyés rediront d'âge en âge :
Seul je suis ! hors de moi rien ne peut subsister !
L'homme cessa de croire, il cessa d'exister !

_________________
"La foi, c'est simplement croire en quelque chose qui peut vous transcender comme l'espoir ou l'amour. Il n'est jamais trop tard pour prendre conscience de ce qu'il y a dans votre vie" bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel
Svadhistana
Svadhistana
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Age : 51
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: un poeme   Jeu 23 Sep - 23:00




.... Qui c'est qui a le temps de se farcir tout ça ... t'arrive à la fin seulement essoufflé ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mmyriam
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4663
Age : 40
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 19/09/2009

MessageSujet: Re: un poeme   Ven 24 Sep - 8:26

Daniel a écrit:



.... Qui c'est qui a le temps de se farcir tout ça ... t'arrive à la fin seulement essoufflé ...

tu as des pb de respiration alors? je l'ai récité à voix haute et non non pas essoufflé alors que je découvrais le poeme. Bon j'ai l'habitude du boulot c'est vrai, la lecture a voix haute est un entrainement.


_________________
"La foi, c'est simplement croire en quelque chose qui peut vous transcender comme l'espoir ou l'amour. Il n'est jamais trop tard pour prendre conscience de ce qu'il y a dans votre vie" bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mélia
Anahata
Anahata
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4521
Localisation : sud de la France
Emploi/loisirs : lecture jardinage
Humeur : changeante comme le temps
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: un poeme   Ven 24 Sep - 8:27

mymy... les poètes et leur sensibilité exacerbée sont quelquefois des visionnaires (Victor Hugo.... Goethe. .Dante)



Peuples ! écoutez le poète !

Ecoutez le rêveur sacré !

Dans votre nuit,sans lui complète,

Lui seul a le front éclairé.

Des temps futurs perçant les ombres,

Lui seul distingue en leurs flancs sombres

Le germe qui n'est pas éclos.

Dieu parle à voix basse à son âme

Comme aux forêts et comme aux flots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mmyriam
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4663
Age : 40
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 19/09/2009

MessageSujet: Re: un poeme   Ven 24 Sep - 8:31

j'ai lu un jour qu'il puisait leur inspiration directement là-haut.... ça expliquerais. Il faudrait que je prenne le temps de les découvrir. J'y ai surement des choses à y apprendre, c'est pas pour rien que ce poème tourne dans ma tête depuis plusieurs jours

_________________
"La foi, c'est simplement croire en quelque chose qui peut vous transcender comme l'espoir ou l'amour. Il n'est jamais trop tard pour prendre conscience de ce qu'il y a dans votre vie" bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mélia
Anahata
Anahata
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4521
Localisation : sud de la France
Emploi/loisirs : lecture jardinage
Humeur : changeante comme le temps
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: un poeme   Ven 24 Sep - 13:37

ce texte est magnifique il célébre Dieu et l'amour pur loin de toute église.. de toute religion ...en dehors de tout dogme inventé et imposé par des hommes ..



le poète a dû, lors de méditations , avoir des expériences mystiques...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mmyriam
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4663
Age : 40
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 19/09/2009

MessageSujet: Re: un poeme   Ven 24 Sep - 20:23

il en a fait plusieurs dans ce sens là... je les ai pas encore toute lus et je vais pas vous inonder non plus mais j'aime beaucoup

_________________
"La foi, c'est simplement croire en quelque chose qui peut vous transcender comme l'espoir ou l'amour. Il n'est jamais trop tard pour prendre conscience de ce qu'il y a dans votre vie" bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: un poeme   

Revenir en haut Aller en bas
 
un poeme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» faire le deuil après le deuil sous forme de poeme
» POEME DE JONAS: D'OUTRE-TOMBE
» poeme pour enfants : minou
» poeme : Oh Seigneur
» Poeme Jonas : BRIMADES...!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le trésor intérieur :: L'espace Zen :: Citations, poèmes, textes-
Sauter vers: